Réflexion sur les modèles économiques

Connaissez-vous les 4 modèles économiques de base ?

Arrêtez tout ! Il n’y a que 4 modèles économiques ! Certes, il existe plusieurs déclinaisons de modèles économiques, mais connaissez-vous les 4 originaux ? Non ? Et pourtant c’est essentiel ! Mais pas de panique, je vais vous les présenter.

Pourquoi réfléchir à son modèle économique ?

Avant de plancher sur son modèle économique de manière plus précise, il faut déjà savoir comment vous allez gagner de l’argent d’une façon générale. Si vous ne prenez pas le temps de définir cela, votre stratégie et votre tactique commerciales ne pourront pas être menées à bien. Vous risquez alors un patinage dès le début de votre projet.

Se poser cette question est vraiment essentiel pour garantir la réussite de la création d’une nouvelle entreprise. Mais aussi d’une nouvelle offre, car oui, on peut créer de nouveaux modèles économiques sur de nouvelles offres. C’est le cas par exemple du monde de l’industrie qui passe d’un modèle économique à un autre. Nous y reviendrons.

Le modèle économique classique : l’achat-revente

Le premier modèle économique et le plus classique, c’est l’achat-revente. Cela concerne tous les modèles où :

  • Vous achetez un produit pour le vendre,
  • Vous vendez un service,
  • Vous vendez une prestation intellectuelle,
  • Vous créez un produit industriel pour le vendre,
  • Vous faites du troc (un objet contre un autre de même valeur).

Beaucoup d’entreprises se positionnent sur ce modèle. Il existe d’ailleurs toute une déclinaison d’achat-revente, mais nous y reviendrons dans d’autres articles dédiés.

Le modèle économique émergent : la vente d’audience

Le deuxième grand modèle qui s’est beaucoup répandu avec la naissance d’internet, même s’il existait déjà avec les autres médias, c’est la vente d’audience. Ce modèle économique consiste à détenir une audience qualifiée, et vendre des espaces publicitaires qui toucheront cette cible.

La vente de data est également une forme de vente d’audience, car on qualifie une audience avant de pouvoir la revendre, sous la forme d’adresses email, de numéro de téléphone, ou de points de douleur clients, etc.

Autre exemple : lorsque vous posez votre marque sur un objet, et que vous vendez celui-ci, vous vous situez également sous ce modèle économique. C’est en effet une façon de vous faire reconnaître auprès d’un public cible comme une marque de référence.

Cette vente d’audience s’est démocratisée avec l’arrivée de Google et de la publicité en ligne. C’est un des plus grands modèles économiques, qu’on ne peut plus vraiment dire émergent, mais qui prend en tout cas de plus en plus de parts.

Le modèle économique auquel on ne pense pas toujours : le don

Oui le don est un modèle économique en soi. Les principales structures qui travaillent sous ce modèle sont souvent des associations, à but humanitaire. Mais aujourd’hui des sociétés ont pérennisé ce modèle, tel que Wikipédia qui ne fonctionne qu’avec des dons. Ses campagnes se déroulent chaque trimestre, n’hésitez pas à donner !

Le modèle économique des Etats : la taxe

Enfin, le dernier modèle économique c’est la taxe. Lorsque l’on parle de taxe, on pense tout de suite aux Etats qui mettent en place différentes taxes pour faire tourner ses caisses. Mais la taxe est un modèle économique également utilisé par des sociétés privées. Par exemple, les sociétés d’autoroutes prélèvent une taxe au passage des véhicules à leurs péages. Certains labels également, comme le label AB (Agriculture biologique) ou les labels de certification apposent une taxe pour que les sociétés puissent avoir le droit de se servir de ces labels.

Un mix de modèles, c’est possible ?

Alors bien évidemment les entreprises peuvent créer des modèles économiques hybrides. Par exemple, Amazon se situait à l’origine sur un modèle d’achat-revente à l’origine. Mais maintenant, la market place internationale a su développer une audience et elle est devenue une régie publicitaire en parallèle.

Prenons aussi le cas de La Croix Rouge, qui se situe tout d’abord sur un modèle de dons. Cependant aujourd’hui, elle propose également de la vente d’objets. Alors certes c’est pour financer des actions humanitaires, mais peu importe le but, elle se situe bien sur un modèle basé sur la vente, mixé au modèle de dons.

Que faut-il retenir de tout cela ? Notre conseil : avant de chercher à créer un modèle économique complexe, posez-vous la question suivante : sur quel modèle économique de base je vais me situer ? Cela va vous permettre de préciser par la suite les prochaines étapes, et d’avancer sur votre modèle économique de manière beaucoup plus limpide. Et si votre modèle est bien clair dans votre tête, il sera d’autant plus simple de le présenter à vos financeurs !

Vous voulez discuter de cette problématique avec un expert ?

Partager cet article

Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur facebook
Partager sur email

N'attendez plus pour essayer nos services

Notre équipe va vous générer des rendez-vous et des ventes à court, moyen et long terme.
N’hésitez plus, et donnez de la visibilité sur votre activité !

Vous souhaitez être rappelé ?